MESSAGE DES FDLR DESTINE A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE PLUS PARTICULIEREMENT A L’ONU ET A LA SADC. PROBLEMES LIES A LA TORTURE DES RÉFUGIÉS RWANDAIS CANTONNES DANS LES CAMPS EN RDC: CAS DE KISANGANI.

Byiringiro
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Le problème des réfugiés Rwandais cantonnés dans des camps en RDC continue à faire de la peine à Dieu et à tous les Rwandais épris d’humanité. Ces pauvres réfugiés qu’il convient de considérer comme des martyres sont donc comparables aux martyres qui furent injustement massacrés par celui qui, hélas, était sensé les protéger, le roi KABAKA qui régnait sur l’OUGANDA à l’époque.

Nous, les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), avons volontairement déposé les armes pour rechercher la paix. Et maintenant, voici que nos ex-combattants et leurs dépendants que nous avons envoyés dans les camps à la demande de l’ONU et de la SADC sont soumis à des traitements cruels, inhumains et dégradants, pires que d’être poignardés. En effet, et comme souligné ci-avant, soumettre des gens innocents et inoffensifs à l’inanition et l’humiliation n’est rien d’autre qu’une ignominieuse torture constituant une offense au Bon Dieu et à toutes les personnes éprises d’humanité.

Comme d’aucuns peuvent le constater, ce n’est pas la mort telle qu’on la côtoie naturellement: la plus part occultent la vérité, tandis que d’autres l’ignorent à dessein. Et pourtant ces enfants de Dieu sont résolument décidés à faire éclater la vérité au point de sacrifier leurs vies à l’instar des martyres de l’OUGANDA. Sinon comment peut-on comprendre que l’ONU, qui est en charge de maintenir et défendre la paix dans le monde, puisse permettre et tolérer que des gens ayant déposé les armes en faveur de la paix et placés sous sa protection soient tués à petit feu ? Dans de telles conditions, qui aura encore confiance en elle? Et on réclame d’autres vagues de combattants! De qui peut-on alors espérer leur protection?

Parmi ceux-là qui viennent nous distraire, il y a curieusement des papas et des mamans, pères et mères d’enfants, qui prennent plaisir à regarder mourir lentement les mères, les bébés et les nourrissons, comme le ferait un lion affamé rugissant de jouissance devant sa proie.

Nous les FDLR, nous n’oublierons jamais ces souffrances et nous n’aurons pas peur de faire éclater la vraie vérité pour laquelle nous luttons. Nous ferons toujours la différence avec le FPR-INKOTANYI. Il n’est pas question de bâtir sur le mensonge comme le FPR qui ne se gêne pas à se nourrir sans scrupule du sang des siens, phénomène qui l’a propulsé au pouvoir et qui l’y maintient. Les FDLR ne peuvent donc pas rester indifférentes et chanter victoire comme le FPR alors que les inégalités sont criantes.

Nous, les FDLR, nous ne sommes pas ainsi : notre objectif est de militer pour la vérité. L’effet recherché par les tortionnaires des réfugiés rwandais dans les camps est de les contraindre au découragement, les obligeant ainsi à se jeter dans les griffes du lion affamé qu’est Paul KAGAME et ses suppôts. C’est en fait un plan de longue date qui a pour objectif d’exterminer la race Hutu et les Tutsi qui ne sont pas de l’obédience du FPR. Avec tout cela ils chantent à qui veut l’entendre que les Hutu ont commis le génocide !

Ce genre de torture qui consiste à exposer des corps décharnés (des ossements) de gens plutôt innocentes au vu et au su du monde entier, c’est du jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Comment comprendre une situation où même des bébés et des nouveau-nés se voient jetés dans les cachots, et ceux qui ne sont pas jetés en prison sont étalés au soleil tel du café ou des cacahuètes dont on attend qu’ils soient bien secs pour être vendus au marché.

Il y a lieu de se demander si KAGAME et ses suppôts auraient trouvé un marché pour ces ossements, ou s’ils ont l’intention de les ramasser et aller les ajouter à ceux étalés dans les rayons des mémoriaux dont ils font toujours un fonds de commerce.

La direction des FDLR condamne et décrie ce terrible massacre qui ne vise qu’à exterminer atrocement des Rwandais sous l’alibi de rechercher la paix. C’est pour cette raison que nous déclarons au monde ce qui nous a été fait et ce que nous avons enduré afin que la Communauté Internationale sache que nous avons été roulés lorsque l’on nous demanda de déposer les armes et remettre nos combattants pour cantonnement. Alors que nous continuions à déposer les armes et à remettre nos hommes, la Communauté Internationale nous a montré sa vraie face. Nous avons toujours cherché à dialoguer avec le régime de Kigali. Est-ce-que les faits n’ont pas montré qu’elle travaillait pour Kigali? Est-ce-que ce que nous avons annoncé dans nos précédentes déclarations ainsi que dans les massages que nous avons publiés (Cfr. pour exemple notre lettre datée du 27 Décembre 2014 adressée au Secrétaire Général de l’ONU avec comme objet « L’évolution du processus de désarmement des FDLR et leurs desiderata pour son aboutissement rapide », lettre dont l’annexe donne les raisons qui nous ont amenés à appeler ces nouveaux camps « CAMPS DE VERITE ») ne se sont-ils pas avérés justes? Si vous le pouvez, veuillez nous démentir: où avons-nous menti dans nos écrits et déclarations? Par ailleurs, pour preuve, vous en aurez encore la vue.

Il y a un jeu qui a été mis en scène en vue de préparer l’extermination des réfugiés Hutu se trouvant sur le sol de la RDC, en se servant de divers recensements de ces réfugiés. En effet, les recenseurs procédaient à un recensement, pour ensuite l’annuler et recommencer la même opération. Et curieusement, les Forces Armées de la RDC (FARDC) profitaient de ces recensements pour ramasser et tirer sur ces pauvres réfugiés. Pire encore, ces recenseurs poussaient leurs supercheries jusqu’à faire croire que leur objectif était de défendre les intérêts des enfants alors qu’il n’en était rien!

Le fait que nous avons mis au grand jour toutes ces révélations et constatations a courroucé un bon nombre d’acteurs qui ont été amenés à étaler au grand jour ce qu’ils cachaient dans leurs cœurs. Ainsi nous vous invitons à aller rendre visite aux enfants qui sont malmenés et maltraités à KISANGANI, à WALUNGU, à KANYABAYONGA et partout ailleurs : vous les trouverez dans des geôles et prisons où ils sont systématiquement jetés. Il y en a même que l’on fait disparaitre dont la plupart sont des bébés et des nouveau-nés, etc.

Et vous l’ONU, nous publions ce message afin que vous puissiez nous comprendre clairement. Ce n’est pas pour vous insulter, nullement pour vous blesser, ni non plus pour dire que vous êtes sans pitié, car, en effet, vous avez toujours été caractérisée par un esprit humanitaire et de défense des droits de l’homme. Nous tenons en tout cas à vous féliciter pour les rapports que vous font vos agents sur terrain sur leurs présumées bonnes prestations: vous constaterez cela à travers ces corps décharnés exposés ici et là et vaille que vaille à travers ces maltraités et torturés de KISANGANI ainsi qu’ailleurs où vous allez pouvoir les voir. Vous allez bien comprendre que ces agents rendent vraiment de très bons services! Et sûrement que Dieu les récompensera. Nous avons toujours affirmé haut et fort que si nous survivons, c’est parce que nous sommes dans les mains divines, que ce qui était caché dans les fins fonds des cœurs des gens va maintenant apparaitre au grand jour. Si vous pensez que nous mentons, allez-y voir à KISANGANI!

Peut-on imaginer que celui qui est en charge de la sécurité et la protection de quelqu’un, ce soit lui qui le torture de la sorte? Il y a un adage rwandais qui dit: « LE PIEGE DU MENSONGE SAUTE AVANT QUE SON POSEUR N’AIT LEVE LE PIED »! Nous avons déjà dit que les réfugiés Rwandais étaient morts par millions ; de même pour les Congolais : où mène tout ceci? Quelle paix cela peut-il apporter à la République Démocratique du Congo (RDC)? La torture dont il est question en RDC, sur le sol congolais, ne fait qu’attirer la misère et le malheur aux Congolais.

Tout comme en Ouganda on fête leurs martyres, tôt ou tard, il en sera de même ici en RDC. Un autre adage rwandais dit:  » A CELUI QUI A DES YEUX ON MONTRE PEU, CAR LE RESTE IL LE VOIT DE LUI-MEME. » C’est pourquoi nous avons dit que ces Rwandais innocents qui subissent des tortures mortelles constituent le deuxième contingent de martyres par rapport aux martyres Ougandais qui, eux aussi, ont été torturés, puis tués par le feu. Seulement ces martyres d’aujourd’hui sont eux amenés à périr par inanition afin que les tortionnaires soient sûrs et certains que ces malheureux enfants de Dieu ne pourront pas échapper à ce feu dévorant. C’est pourquoi nous prions le bon Dieu pour qu’Il continue à les réconforter dans leurs dures épreuves et qu’Il accueille chez Lui les âmes de ceux qui trépassent. Et quel sort attend ceux qui font tout cela? Nous avons rencontré la SADC et avons convenu qu’elle allait protéger nos familles; effectivement comme nous avions décidé de déposer les armes, nous l’avons fait en guise de gage pour la paix. Curieusement, ce qui s’est produit s’est manifesté à travers ce que nous n’avons jamais cessé de crier à savoir appeler ces camps de cantonnement « CAMPS DE VERITE ». C’est cette vérité que nous avons toujours clamée! Nous avons montré et nous continuons à le démontrer, que le mensonge s’est confortablement installé au sommet de la pyramide. Maintenant que le pot aux roses a été découvert, le mensonge pique une crise de colère. Ne vous rendez-vous pas vraiment compte de la véracité de notre propos? Que chacun ouvre ses yeux et en tire les conclusions.

Nous aimerions attirer l’attention de la Communauté Internationale qui nous suit qu’elle prenne conscience des injustices et barbaries dont nous, réfugiés Rwandais, sommes victimes: ceci dépasse tout entendement. Lorsque nous avons décidé de déposer les armes et réclamer un dialogue politique, cette vérité-là a éclaté et a mis très mal à l’aise, voire bouleversé les esprits de pas mal de gens. Vous êtes donc surpris par la mise à nu du mensonge éhonté et les cruautés incommensurables du FPR-INKOTANYI; étant donné que vous vous rendez compte que les choses sont entrain de se précipiter contre toute attente, et comme il vous faut une solution finale, vous vous êtes résolus à recourir à la torture des cantonnés pour nous réduire tous au silence absolu.

Quand bien même ceux qui sont à KISANGANI, à WALUNGU et à KANYABAYONGA se soient courageusement et héroïquement sacrifiés au nom de tous les réfugiés Rwandais, comme c’est pratiquement le cas aujourd’hui, quand bien même ailleurs dans les forêts les réfugiés sont toujours pourchassés, et que celui qui l’échappe belle et sort de ces forêts tombe dans les filets tendus ici et là, à travers le monde, nous avons toujours dénoncé le régime sanguinaire et tyrannique du FPR-INKOTANYI du dictateur Paul KAGAME comme chef d’orchestre de toutes ces ignobles atrocités. En guise d’illustration, il suffit de voir quel traitement ce régime réserve à ceux qui se désolidarisent de lui et fuient à l’extérieur: le cas du Général KAYUMBA NYAMWASA du parti politique « Rwanda National Congres » (RNC) qui vient d’échapper à plus de deux attentats en République Sud-Africaine (RSA); le cas du Colonel Patrick KAREGEYA tué étranglé à la corde, lui aussi en RSA; beaucoup d’autres disparaissent sans laisser de traces. Dans tous ces forfaits, le régime investit beaucoup d’argent, comme c’est d’ailleurs le cas dans les camps de cantonnement en RDC. Ici et là au Rwanda les cas sont plus nombreux, vous le savez très bien, en commençant par ceux qui sont mis dans les sacs, puis jetés dans les rivières. Un autre exemple très frappant, c’est le triste cas de Mr. RWIGARA Assinapol, ancien compagnon de lutte et grand bailleur de fonds du FPR-INKOTANYI, froidement et lâchement assassiné. Décidés à le faire oublier, ils en sont arrivés à raser son immeuble afin que sa famille ne puisse plus lever la tête. Pis encore, même quiconque ose lever le petit doigt pour réclamer ses droits ou ose dénoncer ces injustices, celui-ci fait automatiquement l’objet d’une chasse aux sorcières, est arrêté et jeté en prison, comme ça a été le cas pour l’épouse de feu RWIGARA Assinapol.

Quand vous autres étrangers et puissants vous observez et suivez sans broncher KAGAME chanter le génocide à tout bout de champ alors que vous êtes témoins des exactions qu’il commet publiquement sous votre barbe, ces enfants, qu’ont-ils faits ? De quoi sont-ils coupables ? D’ailleurs ces tueries visant à exterminer les Rwandais dont il est question, vous savez très bien que c’est l’œuvre de KAGAME et ses suppôts. Quoique tout cela soit évident et bien connu, cela ne vous empêche, curieusement pas, de mettre tout cela sur le dos de ces infortunés en proie aux traitements cruels, inhumains et dégradants. Fin des fins qu’en adviendra-t-il ?

Nous vous invitons à éviter de camper sur le mensonge alors que la vérité est là toute criante et à laisser la vérité se manifester.

Nous ne serons pas longs car tôt ou tard et quel que soit le temps que cela prendra, selon la sagesse rwandaise

 LA VERITE PASSE PAR LE FEU MAIS NE SE CONSUME JAMAIS  et DIEU VENGE SANS CRIER GARE .

Fait à WALIKALE/RDC, le 28 Août 2015

BYIRINGIRO Victor

Général-Major

Président ai des FDLR

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Be the first to comment on "MESSAGE DES FDLR DESTINE A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE PLUS PARTICULIEREMENT A L’ONU ET A LA SADC. PROBLEMES LIES A LA TORTURE DES RÉFUGIÉS RWANDAIS CANTONNES DANS LES CAMPS EN RDC: CAS DE KISANGANI."

Leave a comment

Your email address will not be published.

*