KISANGANI: CRI DE DETRESSE DES EX-COMBATTANTS FDLR

FDLRBANNER
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

EX-COMBATTANTS DES FDLR DESARMES ET                 KISANGANI, le 28 Juillet 2015

LEURS FAMILLES CANTONNES A KISANGANI

PROVINCE ORIENTALE

RDC

A son Excellence Monsieur  Said Djinnit, Représentant Spécial du Secrétaire-Général des Nations-Unies dans la Région des Grand Lacs.

Objet : Cri de détresse des cantonnés de Kisangani.

Excellence Monsieur  Djinnit,

Nous, les ex-combattants FDLR désarmes volontairement et cantonnés avec nos dépendants à Kisangani, avons l’honneur de lancer ce cri de détresse à l’endroit de votre illustre personnalité et à travers elle, à l’humanité toute entière, pour que toute personne physique ou morale éprise d’humanité, de liberté et de justice puisse voler à notre secours.

En effet, Excellence Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire-Général des Nations-Unies dans la Région des Grands Lacs, lors de votre dernière visite du 08 Juillet 2015 dans notre camp, vous avez pu vous rendre compte vous-même des conditions de vie combien déplorables que nous menons depuis le début de cette année, des privations récurrentes de nourriture s’étendant souvent sur une période de sept jours d’affilés, privation de soins médicaux, dislocation et séparation familiales, ainsi qu’une situation sécuritaire préoccupante.

Au cours de notre entretien, vous avez vous-même reconnu que des erreurs avaient été commises et qu’il y avait eu des dérapages dans la gestion du camp de cantonnement en général, et dans la prise en charge des cantonnés en particulier. Vous aviez promis à la même occasion que vous alliez user de votre influence pour trouver les voies et moyens de remédier le plus vite possible à cette situation. Mais hélas, depuis, la situation n’a fait que s’empirer davantage :

  • Rappelons que depuis le début de cette année, le Gouvernement de la RD Congo n’a cessé de déclarer par la voix de la gestionnaire du Camp qu’il n’est plus en mesure d’assurer notre prise en charge, d’où les privations récurrentes de nourriture s’étendant souvent sur plusieurs jours d’affilés. Même après votre passage, le scénario s’est reproduit à deux reprises: du 12 au 19 Juillet 2015 et du 26 au 28 Juillet 2015, date de la rédaction de notre présente lettre, des cas graves de malnutrition se multiplient au jour le jour avec risque de complications sévères dans les prochains jours, surtout dans les couches les plus vulnérables de la population.
  • Bien que la MONUSCO vient souvent en aide en disponibilisant des lots de médicaments, nous sommes très souvent privés de soins médicaux par l’indisponibilité répétée du personnel soignant ; à titre d’exemple: pas de soins médicaux à proprement parler depuis le 26 juin 2015 jusqu’aujourd’hui alors que le camp connaît actuellement une recrudescence de paludisme. Nous signalons de passage un cas de menace d’avortement sans qu’aucune assistance médicale depuis le 26 courant malgré les alertes répétées à l’endroit des services habilités.
  • Dislocation familiale: toujours le statu quo. Le fait le plus flagrant étant celui d’un bébé de moins de deux ans séparé de sa maman depuis deux mois, et toujours détenu avec son papa dans une prison militaire à Bukavu ainsi que d’autres enfants séparés de leurs deux parents.
  • Situation sécuritaire préoccupante: Eu égard à la dernière tragédie de Kanyabayonga du 25 Mai 2015 au cours de laquelle il y eut des morts, des blessés et des disparus, eu égard aussi aux fâcheux événements du 26 Juin 2015 à Kisangani où plus ou moins 300 militaires des FARDC ont envahi le camp pour tracasser et enlever nos cadres officiers après avoir défoncé portes, fenêtres et pavillons ; et à Walungu le même jour, on a enlevé 40 personnes dont 34 ont été rapatriées de force, 4 personnes toujours gardées en prison à Bukavu et 2 autres transférées à Kisangani. Signalons en passant que tous les cadres civils ou militaires enlevés dans les camps KISANGANI, KANYABAYONGA et WALUNGU, sont actuellement gardés dans un isoloir près du camp de KISANGANI, après avoir été soigneusement fouillés et ravis de tous leurs moyens d’information et de communication ( téléphones, poste de radio) et des objets personnels de valeur (argents, archives, agenda), et ceci dans le but de les museler et les couper de leurs bases restées dans les camps. Ainsi donc la situation récente corrobore et ne fait qu’accroître nos inquiétudes que nous avons, par ailleurs, évoquées à maintes reprises à chacune de nos correspondances adressées à diverses personnalités dont celles qui me lisent en copie, puisque les forces sensées assurer notre sécurité sont celles-là même qui sont utilisées pour nous plonger dans le désarroi.

Tous ces actes manifestement malveillants ont eu pour conséquence de créer chez les cantonnés une psychose de peur et de panique généralisées, de provoquer une diminution sensible de leur confiance envers certaines personnalités de la MONUSCO, et ont sapé dangereusement l’éducation de nos enfants et leur encadrement scolaire initiés avec nos propres moyens de bord.

En ne faisant que relayer les propos tenus publiquement par certains membres du personnel commis à la gestion du camp ou par certains agents DDRRR de la MONUSCO, nous vous révélons que toutes ces manœuvres ci-haut mentionnées et exécutées au vu et au su de la MONUSCO ne sont que la mise en action d’un plan macabre visant a boycotter le processus de désarmement volontaire des FDLR et contraindre tous les cantonnés à un rapatriement forcé et sans condition.

Ce plan a été déjà initié par des privations alimentaires et médicales et l’isolement des cadres, et se poursuivrait par la séparation des ex-combattants de leurs familles; et si la résistance au rapatriement persistait, il se terminera par l’usage de la force proprement dite.

Excellence Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire-Général des Nations Unies, dans la Région des Grand Lacs,

A voir le sort qui nous est actuellement réservé, nous nous posons plus d’une question, notamment:

  • Aurions-nous eu tort d’avoir déposé volontairement les armes pour promouvoir par des moyens pacifiques la recherche d’une paix durable dans notre Région des Grands Lacs?
  • Si tort il y a, justifierait-on le traitement inhumain dont nous faisons actuellement l’objet ainsi que la privation de jouissance des droits et libertés fondamentaux de la personne humaine constatée à l’endroit des cantonnés FDLR en RD Congo?
  • Ayant déposé volontairement nos armes et ne constituant plus une menace, ni pour la sécurité de la RD Congo, ni pour la sécurité de notre chère patrie le Rwanda, ni celle d’aucun autre pays de la Région, pour quelle raison opterait-on, à tout prix, pour nous traquer par la force, alors que nous avons des raisons valables de nous inquiéter que notre sécurité soit entre les mains de celui qui nous a massacrés et qui nous pourchassait et massacrait les nôtres, et continue a nous poursuivre même hors de son territoire pour nous exterminer?

De tout ce qui précède, tout compte fait, nous tenons à vous remercier et à vous exprimer notre profonde gratitude pour la sollicitude que vous avez manifestée à notre égard et concrétisée par votre visite du 08 Juillet 2015 ; nous vous réitérons par la même occasion notre cri de détresse tout en vous priant instamment d’user de votre influence pour remédier à notre désastreuse situation et trouver tant soit peu une solution durable pour la paix dans notre Région des Grands Lacs.

Nous prions également la SADC qui nous lit en copie, et en qui nous avons placé notre confiance et remis nos armes, de bien vouloir prendre en compte nos propres préoccupations et celles surtout du Gouvernement de la République Démocratique du Congo en ce qui concerne notre sécurité et notre prise en charge, et d’en tirer les conséquences qui s’imposent.

Dans l’espoir que notre SOS rencontrera votre assentiment et suscitera un élan de compassion et de solidarité actives à travers le monde, nous vous prions de vouloir agréer, Excellence Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire-Général des Nations Unies dans la Région des Grand Lacs, l’expression de nos sentiments les plus distingués.

Pour les ex-FDLR désarmés et leurs familles cantonnés à Kisangani

FASHAHO Léonidas

(Sé)

C.p.i à:

  • Son Excellence Monsieur  BAN KIMOON, Secrétaire-Général des Nations-Unies, à NEW YORK
  • Son Excellence Monsieur Joseph KABILA, Président de la République Démocratique  du Congo;
  • Son Excellence Monsieur Martin KOBLER, Représentant Spécial du Secrétaire-Général des Nations-Unies en RDC et Patron de la MONUSCO ;
  • Son Excellence Madame la Secrétaire Exécutive de la SADC ;
  • Son Excellence Monsieur le Secrétaire Exécutif de la CIRGL;
  • Son Excellence Monsieur Jean BAMANISA SAIDI le Gouverneur de la Province Orientale (RDC);
  • Monsieur Sam, Chef du bureau de la MONUSCO en Province Orientale (RDC);
  • Son Excellence le Général-Major BYIRINGIRO Victor, Président ai des FDLR.
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Be the first to comment on "KISANGANI: CRI DE DETRESSE DES EX-COMBATTANTS FDLR"

Leave a comment

Your email address will not be published.

*