CLAMEURS DES ENFANTS REFUGIES RWANDAIS EN R.D.C.

11205544_354648021401489_1900227957874991578_n
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Ne me tuez pas, je ne veux pas mourir, ne me laissez pas mourir ». Telles sont les clameurs dans la bouche des enfants réfugiés rwandais HUTU en République Démocratique du Congo; clameur implorant la pitié et la clémence des puissances de ce monde qui organisent des tragedies et s’acharnent aujourd’hui à exterminer leurs parents sans les épargner.

Depuis le début de cette année 2015, la chasse aux réfugiés HUTU Rwandais, une racaille ou une saleté à éradiquer comme le disent les gens bien. Cett éradication a déjà commencé. D’aucun ne peut ignorer qu’elle s’inscrit dans un contexte de guerre au conflit international initié par les puissances connues et la réaction du peuple justifiée par les stipulations du Droit International (Cfr Protocole Add II aux conventions de Genève Art 1 paragraphe 3 et 4).

A l’heure qu’il est, l’ONU y a mis la patte par une résolution du conseil de sécurité pour traquer et eradiquer ces réfugiés « joli maintien de la paix ». Eradiquer, anéantir, balayer etc., des termes utilisés presque chaque jour par des Hautes Personnalités sur les ondes pour terroriser et menacer en faisant fi aux instruments juridiques internationaux qui interdisent cn langage à la limite considéré comme crime de guerre.

Ces hommes, ces femmes et ses enfants diabolisés arbitrairement comme des génocidaires à abattre, n’ont pas encore oublié les récents carnages de Raïa Mutomboki et de Cheka. Ils ont en mémoires les tableaux maccables des enfants aux crânes fracassées, ventres entrouverts, têtes enfoncées dans les seins de leurs mères par là où ils sont sortis, des hommes châtrés, des centaines de morceaux humains; une vision d’horreur égale à celle d’Avril 1994 au Rwanda. Aujourd’hui par sa résolution l’ONU en rajoute; « JOLI MAINTIEN DE LA PAIX! »

Ce qui vient d’être narré n’est qu’un bref rafraichissement de la mémoire. Les faits d’aujourd’hui sont tels que les attaques indiscriminées malgré les discours, affectent ceux qui n’ont rien à voir avec le métier des armes. Preuves: les rafles des hommes jeunes et vieux, femmes et enfants de tous âges, les incendies des maisons, les saccages des récoltes, (les Humanitaires en ont pris bonn note), l’internement au carrément emprisonnement en vraque: hommes, femmes et enfants,… cas d’internement au Sud-Kivu (BUKAVU) au centre dit« SOKOLA II » dans des conditions lemantables pour la simple raison d’être Hutu.

Eu date du 16 Avril, cette année, les hommes y ont été enlevés pour être transférés à GOMA (NORD-KIVU) dans la prison de Munzenze réputée être un camp de la mort, la société civile congolaise le dénonce et à nous de l’affirmer car, trois jours après le transfert de ces malheureux, huit (8) d’entre eux sont morts incontestablement par mauvais traitement. Quant aux femmes et enfants restés internés à BUKAVU, les informationts nous parviennent disant qu’ils sont traumatisés et ne reçoivent pour vivre qu’une maigre pitance leur permettant juste de survivre.

Voilà ce n’est qu’un échantillon qui illustre la vie de ces réfugiés réduits au nouveau système de trafic des êtres humains.« Joli programme de maintien de la paix! » car si l’instauration de l’Empire Hima, « une des raisons d’être de ce conflit », préconesée par Paul KAGAME, son système et ses sponsors connus; à l’instard d’Israël et la Palerstine; si cette instauration dépend de l’anéantissement total ou partiel des HUTU qu’on y aille ouvertement par Napalm ou atomique, mais cesser de traumatiser les enfants en les tuant par petit feu.

Hitler était plus rapide en matière d’extermination. Les mercenaires érytréens, soudanais, somaliens et autres entrainés en Israël aujourd’hui appelés irréguliers à refouler, par diversion KAGAME veut les récupérer, les accueillir au Rwanda comme si le RWANDA était le pays le plus vaste et riche d’AFRIQUE.

Le but de cet accueil est connu. L’on se demande pourquoi les puissants de ce monde ne veulent pas et refusent que la vérité, la clarification des dessous maccables du drame et les faits de la tragédie rwandaise soient révélées; au lieu de les dissimuler et étaler le seul génocide des Tutsi comme un paravent même si il est un crime grave commis pendant la guerre, il est aussi grave que les crimes de guerre, les crime contre l’Humanité commis à la même époque voire présentement le documentaire de la BBC « Rwandan’s un told story »met mal à l’aise les instigateurs, les promoteurs et planificateurs de tous ces crimes cités déjà dans d’autres rapports qu’on ne veut pas mettre à jour. Ainsi la chape de plomb résiste et ne veut pas céder!

Ah oui, ils sentent mauvais tous ces crimes qui endeuillent encore le Rwanda, leur stigmates oppressent les coeurs de tous. Aujourd’hui, voilà plus de vingt ans que le peuple réclame le dialogue, seule voie de déblocage du permanent sinistre. Une lueur d’espoir pointe quand quelques consciences vaillantes et clairvoyantes estiment qu’il est juste et sage d’opter pour cette voie, « celle du dialogue » mais hélas l’agenda caché de l’Empire plane toujours dans les têtes de ceux qui préfèrent l’épé à la paix.

Revenons à ces enfants nés Rwandais au Congo; ils ont droit de vivre comme les autres enfants du monde ne fut-ce que par la considération de la convention sur la réduction des apatrides ( New York,30 Août 1961) et le Droit de l’Enfant. Si non, UNICEF, SAVE THE CHILDREN n’auraient plus de raison d’être. Imam, prêtres, pasteurs s’il vous plait, parlez au nom de Dieu car le Rwanda s’est suicidé comme un peu toute la région.

Et ceux qui lui ont lancé la corde, voyant qu’il se débattait l’ont coupé juste à temps avant qu’il ne meurt. Craignant d’être poursuivis pour avoir été instrument du crime, ils accusent l’un des membres, bras ou jambe, je ne sais d’être la cause de l’attentat! Les membres encore désarticulés ne veulent et ne peuvent se sentir, et pourtant « être RWANDA » requiert ce pas. Plaise au ciel de nous y aider (EZEKIEL 37).

Richard Udahemuka

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Be the first to comment on "CLAMEURS DES ENFANTS REFUGIES RWANDAIS EN R.D.C."

Leave a comment

Your email address will not be published.

*