LETTRE OUVERTE DES FDLR A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE SUR LA RESPONSABILITE DE PAUL KAGAME DANS L’INSECURITE DANS LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAINS.

FDLRBanner
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

MARS 7, 2016

LE PRÉSIDENT RWANDAIS PAUL KAGAME EST RESPONSABLE DE L’INSECURITE ENDÉMIQUE DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS AFRICAINS.

Les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) constatent avec amertume que l’impunité dont jouissent Paul Kagame et les membres du FPR (Front Patriotique Rwandais), parti au pouvoir à Kigali, coupables de crimes contre la paix, de crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des actes de génocide (voir Mapping report de l’ONU, 2010) est à la base de l’insécurité permanente observée dans la région des Grands Lacs Africains (RGLA) en général et à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) en particulier.
Cette insécurité est maintenant ravivée au Burundi par les mêmes acteurs au vu et au su de tout le monde et personne ne semble s’en émouvoir outre mesure comme si Kagame et ses gangs avaient carte blanche pour semer la désolation partout où bon leur semble. Trop c’est trop. Il est temps que le mutisme complice des grands décideurs du Monde cesse ainsi que leur politique de deux poids deux mesures qui n’ont fait qu’exacerber la situation de violence dans la RGLA.
Paul Kagame et ses lieutenants sont sans cesse encouragés dans leurs sales besognes par cette impunité flagrante et déconcertante.
Les FDLR relèvent à titre illustratif les crimes les plus atroces dont sont responsables Paul Kagame et d’autres membres du FPR, de 1990 jusqu’à date, et pour lesquels ils n’ont jamais été inquiétés ; ce qui les pousse à en commettre davantage jusqu’à vouloir, sans moindre scrupule, renverser les autorités démocratiquement élues d’un pays voisin.
  1. Dans l’ancienne préfecture de Byumba, Paul Kagame et ses hommes ont tué plus des 3/4 de la population évaluée en 1990 (lors du déclenchement de la guerre au Rwanda par le FPR soutenu par l’armée ougandaise) à 650.000 personnes.
  1. Le 06/04/1994, Paul Kagame a ordonné à ses militaires d’abattre l’avion présidentiel rwandais tuant sur le coup deux Présidents et leurs suites: le rwandais Juvénal Habyarimana et le burundais Cyprien Ntaryamira et déclenchant la pire tragédie humaine connue en Afrique après la traite négrière.
  1. En 1995, Paul Kagame et ses soldats ont massacré plus de 8.000 personnes à Kibeho dans un camp de déplacés de guerre devant les yeux bien ouverts de l’ONU représentée sur place par des casques bleus faisant partie d’une force de maintien de la paix.
  1. En 1996, Paul Kagame et ses bourreaux ont détruit à la bombe et à la mitrailleuse tous les camps de réfugiés Hutu rwandais à l’Est de l’ex-Zaïre provoquant la mort de plusieurs milliers de réfugiés, le rapatriement forcé de plusieurs autres milliers et le calvaire inédit d’autres milliers encore dans les forêts congolaises.
  1. Paul Kagame et ses criminels ont poursuivi les réfugiés dans ces forêts et les y ont décimés sur tout leur parcours jusqu’à Mbandaka en passant par Tingi Tingi, Lubutu, Kisangani, Ikela, Opala, Boende,… Cette criminalité exceptionnelle contre des réfugiés inoffensifs a fait l’objet d’un rapport onusien, le Mapping report, hélas classé sans suite dans les tiroirs du Secrétariat-Général des Nations Unies à New York.
  1. Depuis 1998 jusqu’à présent, Paul Kagame et ses « boys » font la chasse à l’homme contre les réfugiés rwandais rescapés à l’Est de la RDC et ont recruté à cet effet des mercenaires congolais regroupés respectivement dans les rébellions suivantes: RCD (Rassemblement congolais pour la démocratie), CNDP (Congrès national pour la défense du peuple), M23, Raïa Mutomboki, FDC Guides, NDC de Tcheka, NDC rénové de Guidon, UPPDI, etc.
Paul Kagame et ses donneurs de mort ne se sont pas limités aux Rwandais : ils ont aussi sacrifié des millions de Congolais. Le bilan macabre cumulé de tous les crimes dont se sont rendus coupables Paul Kagame et ses hommes, selon différents spécialistes, dépasse 6 millions de personnes tuées directement ou indirectement.
Le comble de l’absurdité c’est que ce même champion de la criminalité, au lieu de se repentir, il veut s’imposer comme le maître absolu de toute la région, s’arrogeant le droit supranational de démettre ou de tuer tout Chef d’Etat qui n’est pas de son goût ou qui ne veut pas se soumettre à son diktat.
Les FDLR estiment que les grands décideurs du Monde doivent réaliser que l’heure a sonné pour changer le fusil d’épaule. La politique de deux poids deux mesures conduit inexorablement à l’impasse. Paul Kagame droit être traité tel qu’il est : un obstacle majeur à la paix et à la stabilité dans la RGLA. La communauté internationale et les Grands du Monde doivent exiger sans tarder l’ouverture de l’espace politique au Rwanda, le dialogue interne hautement inclusif et la justice pour tous.
Enfin les FDLR jugent très opportune l’organisation d’une conférence internationale sur la RGLA pour notamment se pencher sur les causes réelles de la violence et de l’insécurité chroniques qui y règnent surtout à l’Est de la RDC afin d’arrêter des mesures adéquates pour restaurer la paix, la sécurité et la quiétude pour tous.
Fait à Masisi (RDC) le 04/03/2016
La Forge Fils Bazeye
Commissaire à l’information et Porte parole des FDLR
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Be the first to comment on "LETTRE OUVERTE DES FDLR A LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE SUR LA RESPONSABILITE DE PAUL KAGAME DANS L’INSECURITE DANS LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAINS."

Leave a comment

Your email address will not be published.

*